Entrepreneuriat au Bénin : Les jeunes du Couffo équipés pour ne plus chômer

0
181
Vue d'ensemble de quelque participants à la fin de la première journée

Les 18 et 19 septembre dernier à Dogbo, la journée de l’entrepreneuriat des jeunes  dans le Couffo a eu lieu. Deux jours d’échange, de partage d’expérience et d’orientation au bout desquels les participants savent désormais comment s’investir dans l’auto- emploi. C’est le cabinet Global services mianondju smart du coach Biram Amouzounvi qui a organisé la rencontre.

C’est une première dans le département du Couffo. Cette initiative du cabinet Global services mianondju smart vise à faire la promotion de l’entrepreneuriat. Biram Amouzounvi, coach formateur et responsable du cabinet a fait savoir que l’autre objectif de ces journées était  d’éveiller l’esprit des jeunes dans l’urgence d’une prise de conscience durable pour le choix des métiers porteurs du 21ème siècle. A côté de tout ceci, il est question pour les organisateurs de booster la créativité des élèves et étudiants dans le département du Couffo à travers le partage d’expérience des  jeunes talents et entrepreneurs du Couffo.

La cérémonie d’ouverture des deux jours de grande envergure qui a eu lieu dans l’après-midi du vendredi 18 septembre dans la salle de conférence de l’arrondissement de Tota a été essentiellement consacrée aux discours et à la présentation des différents partenaires dont entre autres Prodogbo et l’Ong Cosed Bénin de Gilchrist Atchaoué. Après les différentes allocutions, place a été faite à John Pee  Bull, un  enseignant d’économie expert en entreprenariat ayant fait ses preuves dans plusieurs pays du monde qui  a fait la première communication portant sur les opportunités qui s’offrent aux jeunes du Couffo dans le domaine entrepreneurial. L’expert de renom n’a pas manqué de mots pour expliquer aux participants venus de plusieurs communes que l’emploi des jeunes demeure un enjeu essentiel dans de nombreux pays et dans de différentes régions notamment les Etats Arabes, l’Afrique subsaharienne et l’Union européenne où les taux de chômage avoisinent trente   pour cent.

Dans sa présentation, John Pee Bull fera savoir que dans ce contexte où l’emploi est une denrée rare, l’entreprenariat des jeunes peut jouer un rôle important pour faciliter le développement et la création d’emplois. « Si les jeunes se mettent souvent à la leur propre compte parce qu’ils ne trouvent pas d’emploi ailleurs, l’entreprenariat peut leur insuffler des compétences précieuses telles que les capacités de réflexion critique, de prise de décision, de commandement, de travail d’équipe et d’innovation qui toutes restent pertinentes tout au long de leur vie », explique John Pee Bull. Les travaux de la deuxième journée se sont déroulés dans l’une des salles de délibération de la mairie de Dogbo. Ici, l’accent a été mis sur le partage d’expérience dans l’écosystème entrepreneurial et la motivation.

Deux panels étaient au rendez-vous. L’un sur l’entreprenariat agricole et l’autre sur les opportunités du numérique, panel qui a été animé par Gloria Tchidime, journaliste et blogueuse. Elle a reçu Médard Clobéchi, journaliste et membre de la communauté mondoblog de Radio France internationale en face de lui, le coach formateur Biram Amounzouvi. En soirée, le maire de la commune d’accueil a venu avec sa délégation galvaniser les participants et les organisateurs.

Le coach Biram Amouzonuvi, responsable du cabinet communiquant avec les participants à la deuxième journée sur comment monétiser son talent

Magloire Agossou a invité les jeunes à mettre en application les enseignements reçus. Il a aussi invité le cabinet Global services mianondju smart a réédité cette rencontre dont les témoignages ont encouragés les uns et les autres. A préciser que les participants ont eu droit à des visites de stands pour leur faire toucher du doigt les méandres de l’entrepreneuriat.

Edem Abdias SOSSOUKPE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici