Gestion du pouvoir Talon depuis avril 2016 : Plus loin que la résistance

0
387
resistance_populaire

Le gouvernement de la Rupture est dans le déclin. En témoigne les décisions hasardeuses prises à la tête du pays et qui font grise mine sur la démocratie béninoise. Il a urgence d’arrêter la saignée. C’est qui justifie le gigantesque mouvement que projette le Comité pour la Libération du Peuple (CLP).

Cette fois-ci, il s’agira d’aller au-delà de la résistance, tant le régime en place persévère dans les impairs de gouvernance. Face au malaise démocratique qui, chaque jour, s’intensifie et étend ses tentacules, seule une action collective et généralisée aura le mérite de mettre fin au massacre du peuple. Cela, le Comité pour la Libération du Peuple (CLP) en est bien conscient. Lui qui pense mettre à exécution les 90 jours de délai de grâce donné au président Patrice Talon  pour revoir sa politique de gouvernance qui plonge le peuple dans un désarroi total. Dans cette droite ligne, les stratégies définies en riposte aux dignitaires de la ruse et de la rage, sont une première au Bénin depuis avril 2016, date de l’avènement du pouvoir de la Rupture. Moins de quatre ans après cette transition politique, le bilan est lugubre et appelle à des actions musclées sur le terrain. Plus de 11 600 responsables du CLP seront déployés les tout prochains jours sur toute l’étendue du territoire national pour aider les populations à conquérir leur liberté. Ce gigantesque mouvement vise à libérer le peuple, selon les organisateurs. Pour les responsables du CLP, les 90 jours de délai donné au gouvernement ont expiré. Il est plus que urgent de mener des actions rigoureuses pour contraindre ce qu’ils appellent le ‘’Collègue de malfaiteurs’’ à la démission. Une fois cette révolution opérée par le peuple affamé et torturé, il sera mis en place un gouvernement d’union nationale pour remettre les choses en ordre dans le pays. Telle est donc la mission que s’est assignée le CLP qui, à travers ce géant mouvement, déclare ainsi la guerre contre tous ceux qui veulent massacrer la démocratie béninoise bâtie au prix de lourds sacrifices. La nécessité de remettre en place l’ordre constitutionnel et les valeurs qui ont fait du Bénin, un pays de paix et de stabilité politique est une motivation supplémentaire pour ces ardents défenseurs de la souveraineté nationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici